Association d'Adultes et de Parents d' Enfants Dys

                     
Accueil

Qui sommes-nous ?


Conférences, Ateliers, Réunions, Permanences


Dys et troubles associés


Des droits à l’école

PAP, PPS
Aménagements examens


Le dossier MDPH
 

Les prises en charge
 

Aider nos enfants
 

Des outils
 

Ressources et Loisirs
 

Adultes : emploi
 

Accompagnement
 

Nous contacter
 

Adhérer
 



 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Il n’y a pas un profil de personne Dys, mais

des compétences et des difficultés différentes.

Les soignants qui accompagnent l’enfant connaissent ses besoins spécifiques et doivent pouvoir être consultés pour organiser les aménagements de l’apprentissage.


 

Des difficultés communes aux enfants porteurs de troubles des apprentissages

  • D’attention, de concentration

  • De mémoire à court terme

  • De coordination visuo-motrice

  • D’organisation d’un récit, du temps

  • Mauvaise position de l’écriture sur la feuille

  • De repérage

  • D’attention

  • Difficultés d’abstraction, de compréhension des consignes

  • Problèmes d’orientation spatio-temporelle

  • Dans un oral imposé: expression peu claire des idées et élocution rapide, parfois maladroite

  • Accumulation de retards dans les apprentissages

Révolte, colère, détresse, agitation, stress, phobies


 

Pour adapter les aménagements au maximum d’enfants Dys :

  • Contourner l’outil déficient

  • Accorder du temps

  • Diminuer les situations de double-tâche.


 

aider à l’école


 

Le Docteur Pouhet explique « le concept de bientraitance »


 

« Dans les situations complexes de DYS la bonne volonté, louable en soi, ne suffit pas. Elle débouche sur la mise en œuvre de solutions de bon sens qui ne marchent pas (plus lire pour mieux lire, plus écrire pour mieux écrire, rabâcher pour mémoriser, …). Pour sortir de ces pseudo évidences qui ne fonctionnent pas et ainsi s’autoriser à ne plus remettre en cause la bonne volonté évidente de la plupart de ces enfants, il faut, pour pouvoir "raisonner" autrement, être instruit de ses difficultés médicales, causes de ses difficultés scolaires, et adopter une attitude d’empathie, une disposition à priori favorable envers l’enfant et les professionnels extérieurs à l'école pour lesquels expliquer les difficultés de l'enfant est une mission

L’enfant n'automatise pas des outils, des apprentissages qui lui sont indispensables car au service de la scolarité (écriture manuelle, lecture, calcul, orthographe…). En DOUBLE TÂCHE quand il doit les utiliser, il ne peut pas se concentrer sur les aspects plus conceptuels de la scolarité. Il reste le plus souvent lent, fatigable, mal organisé … Il a besoin d'aides et très souvent d'une aide humaine (AVS) pour essayer d'automatiser d'autres procédures, plus efficientes, plus rapides, moins fatigantes…

Ces troubles sont responsables d'une situation de handicap scolaire qui doit amener un plan de compensation par la MDPH avec ou sans diagnostic posé, si cela s'avère délicat.

Les enseignants doivent être informés de ces difficultés pour aider efficacement l'enfant à les contourner :

  • en s'appuyant sur les points forts de l'enfant

  • en court-circuitant la double tâche (par exemple, lire les consignes à la place de l'enfant…)

  • en utilisant une modalité préservée (permettre à l'enfant de signer le langage en LSF au lieu de l'oraliser, utiliser l'ordinateur plutôt que d'écrire à la main…)

  • en mettant en place une pédagogie et un environnement plus favorable

  • (par exemple favoriser l'attention, inhiber l'impulsivité - les persévérations - la diffluence, donner des aides mémoires…)

  • en réfléchissant en équipe pluridisciplinaire à un parcours de scolarisation qui tienne compte très précisément du profil cognitif de cet enfant là

  • le diagnostic posé tôt (GSM, CP) permet de proposer des méthodes ciblées et adaptées facilitant les apprentissages

  • en CE, il convient de mesurer la rentabilité des outils de l'enfant eu égard aux exigences scolaires à venir

  • au-delà (à partir du CM) il faut s'adapter à ce que l'enfant EST : lui donner des outils qui permettent de contourner les siens défaillants ou insuffisants.


 

Dans les cas difficiles (comorbidités de DYS, déficience associée, troubles psychologiques ou psychiatriques graves), il faut savoir que le pronostic scolaire est plus réservé.

La problématique de l'enfant, avant même la réussite dans les apprentissages, reste le comportement, l'évolution de la personnalité, la socialisation … on mesure combien entrer dans le "statut d'élève" peut déjà s'avérer délicat… »

https://sites.google.com/site/dralainpouhet/criteres-de-dys-et-consequences


 


 

Des recommandations envoyées par le DASEN 35 ( Directeur Académique des Services de l’Education Nationale) en 2012 à tous les établissements scolaires sur des aménagements à sélectionner selon les besoins de l’élève Dys.


 


 

Eviter la lecture à haute voix, autoriser les outils d’aides à la lecture (doigt, réglette, cache, plan incliné….)


 


 

Placer au premier rang, au centre, dans un endroit calme de la classe


 


 

Oraliser les consignes et les reformuler


 


 

Eviter la copie au tableau ou le cours dicté, les écrits longs, privilégier les outils informatiques en classe : vidéoprojecteur,…….


 


 

Donner des photocopies claires du cours sur documents informatiques, police Comic ou Arial 12, intervalle 1/2, sans recto-verso ou sur clé USB ou support numérique


 


 

Préciser préalablement les objectifs d’apprentissage de la leçon, éviter de parler et écrire au tableau simultanément, séparer l’écrit et l’oral


 


 

Préparer des exercices à trous sur documents informatisés, surligner, encadrer


 


 

Utiliser des schémas, des cartes heuristiques et les verbaliser


 


 

Utiliser des codes couleurs, des cahiers à lignes sans petits carreaux, des frises


 


 

Autoriser les outils d’aide en mathématique et sciences ( Géotracé, compas adapté…), donner des repères spatiaux


 


 

Ne pas pénaliser l’orthographe sauf en dictée, privilégier le fonds à la forme et des phrases simples


 


 


 

Laisser s’exprimer à l’oral sans intervenir


 


 

Contrôler et rappeler les acquis des leçons antérieures


 


 

Vérifier le cahier de texte ou l’agenda, donner des repères temporels


 


 

Eviter les enchainements séquentiels en techno, en sports


 


 

Limiter le travail du soir, privilégier le qualitatif au quantitatif


 


 

Evaluer et encourager l’élève par rapport à ses progressions personnelles


 


 

Adapter les évaluations : temps majoré ou tiers exercice, lire les consignes, une idée à la fois, séparer les tâches à exécuter, pas de consigne manuscrite, les reformuler. Autoriser la calculette, les fiches mémoires, accepter les outils informatiques ou/et le matériel adapté, les dictées aménagées. Privilégier le fonds à la forme sans pénaliser l’orthographe. Doubler l’évaluation écrite d’une évaluation orale. Tenir compte de la lenteur et de la fatigue.


 

Donner un corrigé après l’évaluation


 


 

Travailler en concertation avec les soignants


 


 

Des aménagements possibles, par matières, selon les difficultés rencontrées

En français

Difficultés que peut rencontrer un enfant dys

Que faire ? Comment l’aider ?

Dictée
L’orthographe sera encore difficile : erreurs non identifiées, complexité accrue des textes, lenteur pour transcrire, relire et corriger. Ex : chou-fleur = chleu-flour, téléphonique = d’éléphonic, en effet = en neffait, regardait = regradait, adversaire = advairsaire.
Supprimer 1 à 2 phrases de la dictée.

Lui laisser la possibilité de se relire longuement pendant que les autres achèvent la dictée.

Compter le nombre de fautes et valoriser toute diminution.

Sur le bulletin scolaire, différencier les notes de dictée de celles de grammaire.


 

Grammaire
Les analyses grammaticales seront d’autant plus complexes à comprendre que leur vocabulaire ne sera pas explicite, ex : proposition subordonnée relative, genre et nombre, nature et fonction.
Comment mémoriser et comprendre si le sens de chaque mot n’est pas défini !


 


 

S’assurer qu’il comprend et distingue le sens des mots : adj/adv péposition/proposition, subordonnée....

Utiliser des "trucs" mnémotechniques, ex : "A dans par pour en vers avec de sans sous".


 


 

Lecture Silencieuse :
freinée ou trop rapide, mais avec, en général, une bonne compréhension globale.

 

A voix haute :
perturbée par l’émotionnel. Les mécanismes de compensation seront plus apparents et donc plus gênants, bloquant la fluidité de la lecture, sans forcément gêner la compréhension du texte, sauf bouleversement émotionnel !


 

Toujours faire ralentir la lecture à voix haute (la vitesse entraînant une augmentation considérable des erreurs dyslexiques).

Ne pas le faire lire devant les autres.


 

Rédaction
De la même façon qu’il a des difficultés d’expression orale, on retrouvera ces difficultés à l’écrit :
Pb d’élaboration de phrases respectant la

syntaxe.
Niveau de langue trop souvent familier.
Vocabulaire pauvre d’où répétitions fréquentes.
Maladresse dans l’utilisation des conjugaisons.
Négligence de la ponctuation.

Il possède souvent une richesse imaginative "éparpillée" car très associative, mais peu synthétique.
Il ne sait pas faire un plan, des enchaînements et structurer chronologiquement son récit.
A cela s’ajoutent les difficultés d’orthographe déjà détaillées qui lui prennent beaucoup de temps.


 

Privilégier le fond par rapport à la forme.
Faire des exercices de style

Lui demander de joindre le plan.

Ne pas sanctionner l’orthographe.


 

LANGUES ETRANGERES

On retrouve les mêmes difficultés que dans sa langue maternelle en lecture, orthographe, conjugaison et grammaire.

Difficultés que peut rencontrer un enfant dys

Que faire ? Comment l’aider ?

Allemand :
Contrairement à l’idée commune, l’allemand est d’un abord plus facile pour le dyslexique (identité avec la phonologie française, clarté des sons, orthographe plus évidente et grammaire certes plus complexe mais structurante).

Anglais :
La difficulté à associer une orthographe et un son est amplifiée par l’inaccoutumance de l’oreille à ces nouveaux sons et de l’œil à ces nouvelles graphies, ex : through en anglais.
Sons très voisins mais avec un autre sens, ex : were et where.
Lettres non prononcées mais écrites. Règles des accords différentes.


 

En anglais : travailler la prononciation (même grossièrement ou exagérément) régulièrement

Ex : how [à ao] # who [à ou]
(à = symbolisation du souffle, c’est-à-dire de l’expiration du h).

Faire apprendre la «  musique » de la langue.

Faire écouter des DVD, vidéo, ect…..


 

AUTRES DISCIPLINES

Difficultés que peut rencontrer un enfant dys

Que faire ? Comment l’aider ?


 

Histoire-Géographie
Problème de chronologie, ex : avant et après J.C, le calcul ne se fait pas dans le même sens pour les années.
Inversion des dates et des chiffres.
Problèmes de repérage dans les schémas et de compréhension des échelles.
Difficulté de mémorisation.
Difficulté d’orthographe face aux mots étrangers et même difficulté de rédaction qu’en expression écrite.


 

Utiliser la représentation visuelle, ex : frises chronologiques.

Les aider à découvrir le plan de la leçon pour pouvoir l’apprendre.

Eviter d’enlever des points pour l’orthographe.

Correction positive soulignant les progrès et les réussites.


 

Biologie
Difficulté des mots complexes, ex : chlorophylle, diaphragme...
Inversion ou non compréhension des schémas.
Problème de mémorisation.


 

Eviter d’enlever des points pour l’orthographe.

Correction positive soulignant les progrès et les réussites.
Mathématiques
Difficulté à lire les énoncés avec des mots complexes, comme adjacents, circonscrits, parallélogramme, etc...
Inversion des signes, des chiffres, sans que le résultat soit faux.
Mettre > alors que le raisonnement sera fait avec le signe <.
Inversion des repères en géométrie : le haut-le bas, droite-gauche.
Confusion des lettres pour désigner un angle ADC pour ABC.
Problème de visualisation et d’organisation spatiale.
Difficultés pour faire une règle de trois : par quel nombre commencer ?

Conseiller une rééducation logico-mathématiques.

Comprendre qu’il peut inverser les signes, mais faire le bon calcul, que l’explication peut être fausse et le résultat exact.

Correction positive tenant compte du raisonnement et pas seulement du résultat et soulignant les progrès et les réussites.

Utiliser le sens aussi souvent que possible,
ex : sécante à sécateur à se coupant Bissectrice = deux secteurs.

Revenir à l’ancienne règle de trois qui décortique le raisonnement par l’explicite.

 


 

Physique-chimie
Difficulté du vocabulaire.
Inversion des repères, ex : en électricité inversion des polarités.
Inversion de la logique.
En chimie, difficulté pour mémoriser les signes et les formules.


 

Eviter d’enlever des points pour l’orthographe.

Correction positive tenant compte du raisonnement et pas seulement du résultat et soulignant les progrès et les réussites.

Technologie
Problème de maladresse manuelle.
Problème de schématisation, d’espace.
Difficulté d’organisation, de planification.


 


 

Inclure des pictogrammes des étapes de la démarche scientifique dans le but d’amener l’élève à s’y retrouver facilement.

Présenter le matériel au fur et à mesure du déroulement de la tâche


 

Musique
Difficultés pour le solfège.
Problème auditif, confusion des sons, des lignes de la portée, des clefs.
Difficulté dans la reproduction et la mémorisation des rythmes.


 

Varier les rythmes d’apprentissage, les supports utilisés par les élèves, les stratégies pédagogiques, ainsi que l’organisation de « l’espace classe ».

Multiplier les regards sur un même «objet» musical.

Valoriser les talents musicaux.


 


 

Dessin- Arts plastiques
Problème de repérage spatial.
Problème de mentalisation.

 

Verbaliser, expliquer le vocabulaire. Utiliser les compétences spatiales.

Laisser exprimer l’imagination et la créativité.


 

Education physique et sportive
Mémorisation difficile pour l’enchaînement.
Problème de latéralité, de schéma corporel.
Difficulté de coordination motrice espace/temps.
Problème de rythme.


 

Pendant l’apprentissage d’un enchaînement, verbaliser.

Simplifier les enchainements.

Utiliser les exercices de relaxation.

Donner du temps pour les vestiaires et l’habillage.


 


 

La différentiation pédagogique


 

Les propositions canadiennes du Ministère de l’Education et du sport :

«La différenciation pédagogique est avant tout une manière de penser l'enseignement, l'apprentissage et l'évaluation, une philosophie qui guide l'ensemble des pratiques pédagogiques. C'est une façon d'exploiter les différences et d'en tirer avantage, pour répondre à l'hétérogénéité de la classe afin d'amener chaque élève le plus loin possible sur le plan de ses apprentissages en tenant compte de son potentiel. Pour les élèves ayant différentes façons d'apprendre, ayant différents rythmes de travail, pour les élèves doués, pour les élèves ayant des besoins particuliers »

http://differenciation.org/


 

Guides d’une enseignante de l’Académie de Nice Celia Guerrieri


 

L’idéal pour les dys : la pédagogie différenciée


 

« Elle favorise leur réussite. Dans ma classe, je fais la même chose avec les dys qu’avec les autres élèves. Le but de tout mon enseignement est de différencier et de dispenser un cours accessible à la fois aux élèves dys et aux élèves non-dys. Nous travaillons en îlots, et j’évalue par compétences, ce qui permet une adaptation pour les dys : je n’évalue ni leur orthographe ni leur usage de la ponctuation. J’évalue la qualité du raisonnement et les savoir-faire utilisés pendant les exercices. Mais mes élèves dys savent que le jour du Bac, l’orthographe et la ponctuation compteront, sauf s’ils bénéficient d’un aménagement lors de l’examen, avec un ordinateur et un correcteur orthographique. »


 

- Guide de survie du professeur confronté à des élèves dys

https://www.reseau-canope.fr/blog-savoirs-cdi/wp-content/uploads/2015/09/guide_de_survie_pour_les_profs1.pdf

- Guide de survie d’un élève dys au lycée

http://guerrieri.weebly.com/uploads/1/5/0/8/1508023/guide_de_survie_pour_eleves_dys.pdf

- Des conseils et des aménagements : Que faire ? Quelques trucs faciles pour aider un élève dys

http://guerrieri.weebly.com/ressources.html


 

Des exemples d’aménagements sur le site dys-positif

https://www.dys-positif.fr/dyslexique-lesamenagements-possibles/

 

Aider à la maison


 

Les enfants dys sont fatigables et  plus lents. Pour que la totalité des devoirs soient faits et bien faits, il risque de passer tout son temps libre pour les devoirs et de laisser tomber tout autres loisirs et vie sociale. 

Attention à trouver le juste milieu et ne pas hésiter à demander dans le cadre du PAP ou du PPS un allègement de la quantité de devoirs afin d'éviter l'épuisement qui est fréquent.

« Il est important que ce moment soit vécu au mieux ! Le parent n’est pas un enseignant !

Le parent n’est pas contrôleur des travaux finis ! Ce n’est pas en multipliant les exercices qu’il apprendra mieux. Il doit apprendre différemment.» Marie-Noëlle Proust orthophoniste et formatrice


 

Il faut s’appuyer sur ses compétences préservées et soulager ses difficultés.

Savoir quel est son mode d’apprentissage : auditif, visuel ou kinesthésique, pour mieux l'accompagner.


 

- organiser un espace de travail personnel,

    • Bureau rangé, installé sur sa chaise à bonne hauteur

    • Organiser un rituel de mise au travail

    • Aider à planifier le travail à faire

    • Etablir ensemble une hiérarchie des tâches

    • Poser des limites de temps

  • Aider à classer : chaque matière : un cahier, un livre = une couleur

  • Revoir ses classeurs

    • Corriger l’orthographe

    • Faire fluorer

    • Faire utiliser des codes couleurs

  • Planifier le travail avec lui sur la semaine

- lire les consignes et textes ou lui installer un logiciel de lecture. Reformuler les consignes

- écrire pour lui ou lui faire utiliser un ordinateur en cas de dysgraphie. (Mais l'apprentissage du clavier est long et peut être fatiguant pour lui)

- lui lire les livres de lecture, de cours ou se procurer le livre audio ou numérique 

- l'aider à voir ce qui est essentiel à apprendre dans une leçon et à en comprendre le sens, lui apprendre à repérer la règle pour répondre à l’énoncé

- poser des questions pour le faire utiliser des compétences transversales et l'aider à trouver les questions qui pourront être posées lors de l’interrogation

- lui apprendre à faire des cartes mentales qui l'aideront à mémoriser ses leçons.

- l'aider à organiser l'apprentissage sur plusieurs jours : leçons, exercices, devoirs

- veiller à la préparation du cartable – penser aux permanences du lendemain.

Eviter la double tâche - Toujours prévoir des temps de pause

C’est souvent à la maison, avec le conseil des paramédicaux, que les parents mettent en place les premiers outils de compensation face aux difficultés quotidiennes. Parfois ce sont les « dys » eux-mêmes qui trouvent comment contourner leurs difficultés et s’adapter.

Certains aménagements conviennent, d’autres pas. C’est un long travail au fil des années.

Chaque enfant a ses besoins particuliers, qui évoluent avec l’âge.

« Ce sont les trucs et astuces des parents, véritables professionnels de l’adaptation pour leur enfant ! » Dr Alain Pouhet



 

Petits conseils de Marie-Noëlle Proust - orthophoniste Rennes – Présidente Lexidys et formatrice- pour le travail maison

«  L’importance que ce moment soit vécu au mieux !

Le parent n’est pas un enseignant

Le parent n’est pas contrôleur des travaux finis

L’enfant n’est pas en train de préparer l’ENA

Le piège à éviter

Ce n’est pas en multipliant les exercices que votre enfant apprendra mieux.

Il doit apprendre différemment : les intelligences sont multiples ! »


 

Comment apprend votre enfant ?



 

Un cas particulier : l’apprentissage de l’anglais


 

Quelles adaptations des enseignements en anglais ? Par Natacha Gousserey-Bénard, Académie de Poitiers


1. En quoi l'apprentissage de l'anglais répond-il à une nécessité ?

Il est important de laisser à un élève dyslexique la possibilité d'apprendre l'anglais tout simplement pour ne pas lui fermer certaines portes lorsque, pour lui, l'heure sera venue de faire des choix, en termes d'orientation.

Pour les élèves dyslexiques, il est essentiel que les sons et le sens soient bien en place.

2. Enseigner les sons et le sens de la langue : une approche ludique

Par un jeu d'associations 'mots-couleurs' par exemple. Il est intéressant d'encourager les élèves à s'entraîner chez eux à reproduire ces sons face à un miroir afin de bien visualiser les mouvements de la bouche.

3. Utiliser des outils

La synthèse vocale est un outil facile d'utilisation et très efficace. Afin de permettre à l'élève de visualiser le fonctionnement de la langue on pourra avoir recours à des logiciels qui permettent de fabriquer des schémas type schéma heuristique. Finalement, un des outils essentiels à tout élève dyslexique reste le baladeur MP3

4. Etayer la mémorisation

Outre une mémoire déficitaire, ce sont souvent des difficultés à tisser des liens entre le connu et l'inconnu qui pénalisent l'élève dys dans la mise en place du processus de mémorisation.

5. Accompagner la restitution et évaluer

Proposer à l'élève de mémoriser un poème que l'on aura, au préalable, mis en images

En compréhension orale, on veillera à proposer des alternatives à toutes tâches de production écrite.

Dans l'accompagnement à la production écrite, on pourra proposer des pictogrammes

En terme d'évaluation il ne sera jamais pertinent de pénaliser une orthographe un peu trop 'extraordinaire'.

http://ww2.ac-poitiers.fr/anglais/IMG/pdf/Dyslexie_et_apprentissage_de_l_anglais_Open_office.pdf


 

Apprendre les verbes irréguliers anglais en faisant du RAP

https://www.youtube.com/watch?v=aWutKwwPZJQ


 

Un mémoire sur le site de l’INS HEA « Apprendre l'anglais lorsque l'on est atteint de troubles spécifiques du langage »

http://www.inshea.fr/sites/default/files/poletsa/M%C3%A9moire%20V.Bancel.pdf


 


Accueil | Conférences, Ateliers, Réunions, Permanences |Qui sommes-nous ? | Dys et troubles associés | Des droits à l’école |Le dossier MDPH | Les prises en charge | Aider nos enfants | Des outils | Ressources et Loisirs | Adultes : emploi | Nous contacter | Adhérer
 
Dernière mise à jour le : 28 mars 2019